Mardi 22 août 2017

étape 4Escaldes-Engordany / Tarragona. Anella Mediterránea 2018

Départ 12h57 (Heure locale)
  • Trentin prend sa chance

    Après avoir laissé son coéquipier Yves Lampaert filer à la victoire dimanche à Gruissan, Matteo Trentin (Quick-Step Floors) s'est chargé lui-même de dominer l'emballage final de la 4e étape, mardi à Tarragona. Déjà vainqueur d'étapes sur le Tour de France et le Giro d'Italia, le coureur italien s'est imposé au sprint devant Juanjo Lobato (LottoNL-Jumbo) et Tom Van Asbroeck (Cannondale-Drapac) pour offrir à sa formation un deuxième succès sur La Vuelta 2017, le 18e de...

    lire la suite

L'étape en vidéos

vidéo23/08/2017 

GoPro Highlights - Étape 4 - La Vuelta 2017

  • GoPro Highlights - Étape 4 - La Vuelta 2017
  • Résumé - Étape 4 - La Vuelta 2017
  • Dernier kilomètre - Étape 4 - La Vuelta...
  • 26.2 km restants - Étape 4 - La Vuelta 2017
  • 75.2 km restants - Étape 4 - La Vuelta 2017
  • 111.2 km restants - Étape 4 - La Vuelta 2017

L'étape en images

photo22/08/2017 

Contador fans © Unipublic/Photogomez Sport

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Géodiversité

La catalogne du nord au sud

Anticlinal d'Oliana © Google EarthSuccession lacustre de Sanaüja © Isidre blanc / Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 UnportedGrotte de L'Espluga de Francolí © Tirso Maldonado / Attribution-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-SA 2.0)

Escaldes-Engordany – Tarragona

Cette étape commence à la frontière entre l'Andorre et la Catalogne, où le peloton doit parcourir les provinces de Lérida et de Tarragona du nord au sud. Sous l'angle géologique, l'itinéraire traverse les trois grands domaines géologiques de la Catalogne : les Pyrénées, le bassin de l'Èbre et la chaîne côtière catalane.

La route part du centre géologique des Pyrénées, où l'érosion a mis à nu les couches les plus anciennes et profondes (roches métamorphiques du Paléozoïque entre 540 et 400 M.a.) et nous conduit vers les parties externes de la chaîne sur des roches de plus en plus récentes. Dans cette première partie, les routes et les vallées franchissent des structures où les roches apparaissent fracturées ou pliées, preuve que les Pyrénées se sont formées quand les plaques ibérique et euro-asiatique, en se rejoignant, ont écrasé tout ce qui s'interposait entre elles. L'anticlinal d'Oliana est un exemple de ces structures, et cet énorme pli de 12 kilomètres de long et 2 kilomètres de large donne sa forme à toute la vallée d'Oliana.

La seconde partie de l'étape traverse le bassin et la vallée de l'Èbre, deux choses que nous confondons souvent. Le bassin tertiaire est une grande dépression (entre les Pyrénées, la chaîne Ibérique et la chaîne côtière catalane) où se sont accumulés les sédiments au fur et à mesure de l'érosion des chaînes montagneuses pendant tout le Tertiaire (Paléogène et Néogène). Il y a environ 60 millions d'années, le bassin a commencé à recevoir des sédiments et il l'a fait jusqu'à il y a 2,5 millions d'années environ, soit plus de 50 millions d'années passées à accumuler des sables, argiles ou gypses ! En revanche, la vallée de l'Èbre s'est formée au cours des 2,5 derniers millions d'années par creusement d'une bonne part des sédiments du bassin tertiaire et dépôt de matériaux plus modernes et actuels.

Quoi qu'il en soit, les roches sont ici beaucoup plus modernes que dans les Pyrénées, puisqu'il s'agit essentiellement de matériaux déposés par les lacs et cours d'eau anciens associés au système fluvial actuel. Ainsi, nous pouvons signaler quelques éléments géologiques représentatifs de ce milieu, comme la succession lacustre de Sanaüja. De même, la grotte de L'Espluga de Francolí, avec ses 3590 m de long, est la septième plus grande caverne développée dans des conglomérats du monde.

Finalement, les coureurs devront traverser la chaîne côtière catalane. Bien que l'itinéraire parcoure la vallée du Francolí, sans grandes rampes à franchir, l'environnement de la route présente d'intéressants affleurements rocheux. Parmi eux, citons les récifs de La Riba, énormes constructions pouvant atteindre les 40 m de haut, que les coraux ont formés durant le Trias (252-201 M.a.) et qui maintenant sont en surface. Peu avant la fin de l'étape, les reliefs de la sierra de Miramar, dernier ressaut de la journée, renferment des roches volcaniques de 400 millions d'années.

Terme de l'Étape : Anticlinal

Il s'agit d'un pli de terrain qui présente une courbure convexe vers le haut, en forme de dôme, au cœur duquel se trouvent les matériaux les plus anciens. Cette structure géologique se produit sous l'effet de poussées compressives dans le terrain.

Chronométreur officiel

porteurs de maillots 2017

Classements à l'issue de l'étape 21

Applications mobiles

Boutique officielle

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur la Vuelta

Partenaires de la Vuelta