Lundi 21 août 2017

étape 3Prades Conflent Canigó / Andorra la Vella

Départ 13h16 (Heure locale)
  • Commentaire de Fernando Escartín

    Montagne. Le peloton ne connaîtra qu'un bref moment de répit avant d'arriver en Andorre, où une première sélection aura lieu. L'ascension à La Comella, courte mais explosive, se chargera du reste. Il sera compliqué pour une échappée de voir le jour mais nous n'excluons pas quelques attaques aux abords de la flamme rouge. Si l'un des favoris ne répond pas présent dès ce jour-là, la Vuelta pourrait se compliquer pour lui.

Géodiversité

Les pyrénées qui nous unissent

Facettes triangulaires dans la Vallée de La Têt © GoogleEarthRiveras del Alto Segre © Maria Rosa FerrePlis dans les Pyrénées. © Luis CarcavillaLac d'origine glaciaire dans les Pyrénées, Huesca. © Luis Carcavilla

Prades Conflient Canigó – Andorra la Vella

Cette troisième étape traverse le cœur des Pyrénées, en entrant par la vallée de la Têt et en suivant le cours du Segre jusqu'à la Seo de Urgel d'où, à travers la vallée du Valira, elle parvient à Andorra la Vella. Cet itinéraire parcourt un paysage de roches de l'Ordovicien (500-435 M.a., en vert foncé et mauve sur le bloc). Les fonds de vallée qu'emprunte l'étape sont formés de matériaux plus récents (en jaune et en gris) issus de l'érosion des flancs.

Les Pyrénées se sont formées quand la plaque ibérique s'est rapprochée de la plaque euro-asiatique sous la poussée de la plaque africaine. Entre l'Europe et l'Ibérie, les sédiments ont été comprimés et élevés jusqu'à former la chaîne que nous connaissons aujourd'hui. Certes, les Pyrénées ont constitué une barrière géographique, mais elles sont surtout une suture d'union entre deux grandes régions géologiques et elles sont toujours actives.

Le relief de l'étape peut être divisé en trois tronçons, en fonction du dénivelé et de l'altitude que franchit chacun d'eux :

Le premier tronçon est la remontée de la vallée de la Têt, formée à la faveur d'un système de fractures (failles), parmi lesquelles se détache la faille du sud de la Têt-Cerdagne, qui a connu des mouvements au cours des 10 000 dernières années, comme l'attestent les facettes triangulaires visibles sur la rive droite de la rivière.

Au point le plus haut de l'itinéraire, à Mont-Louis, nous pouvons voir d'en haut et vers le sud les impressionnants reliefs des Pyrénées, dont les pics (jusqu'à 2881 m d'altitude, comme le Puig de Bastiments) ont été modelés par les processus glaciaires de tout le Quaternaire. Bien que les glaciers aient reculé il y a quelque 12000 ou 10000 ans et que le paysage actuel ne soit pas aussi glacial qu'il l'a été durant tout le Quaternaire, il présente d'importantes traces de l'action glaciaire, comme les vallées en forme de U ou les lacs laissés par l'excavation de la glace glaciaire.

Le deuxième tronçon est dominé par la descente de la vallée du Sègre. La pente de cette descente est moindre que celle de la montée car, en général, les Pyrénées sont une chaîne “asymétrique” qui chute brusquement vers la France, alors qu'elle se déploie dans une série d'alignements de moins en moins élevés vers l'Espagne, formant une sorte d'escalier. De plus, il existe dans la région diverses zones remplies de sédiments, accumulés il y a environ 20 millions d'années (Miocène) et qui offrent des sols beaucoup plus favorables à l'agriculture et à l'élevage, comme c'est le cas à Puigcerdá.

Finalement, dans le troisième tronçon, à partir de la Seo de Urgel, le parcours vire vers l'Andorre, où il faudra monter et descendre les reliefs de Sant Julià de Lòria jusqu'à atteindre Andorra la Vella.

Dans la capitale de la principauté, nous prendrons la pleine mesure de l'importance, aujourd'hui et depuis le siècle dernier, de l'eau naturelle pour le développement économique et touristique de l'Andorre, grâce à des éléments comme le Musée de l'Électricité, installé dans une centrale hydroélectrique publique active, ou les thermes luxueux de la ville.

Terme de l'Étape : Facettes triangulaires

On appelle facettes triangulaires les traits géomorphologiques produits par l'élévation d'un bloc de roches sous l'action d'une faille en même temps que le réseau fluvial s'encastre dans la propre roche. Le résultat final de ce processus est une série de rampes de forme triangulaire séparées par les bassins des cours d'eau.

 

Chronométreur officiel

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 21

Boutique officielle

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur la Vuelta

Partenaires de la Vuelta