Mercredi 6 septembre 2017

étape 17Villadiego / Los Machucos. Monumento Vaca Pasiega

Départ 12h40 (Heure locale)
  • Commentaire de Fernando Escartín

    Montagne. Castille laissera définitivement filer le peloton sur un terrain dénué de difficulté. La fin d'étape sera en revanche nettement plus corsée et proposera aux coureurs jusqu'à 3 000 mètres de dénivelé cumulé. La spectaculaire descente de La Lunada, qui rejoint le col d'Alisas, et l'ascension finale sur rampes infernales de Los Machucos mettront à rude épreuve le peloton.

Géodiversité

Reliefs changeants et modelages singuliers

Sierra de La Tesla © Este archivo se encuentra bajo la licencia Creative Commons Genérica de Atribución/Compartir-Igual 3.0.De gauche à droite, anticlinal, synclinal et anticlinal. © Stanisław Raczyński / Creative Commons Attribution 3.0 Unported license.Vallée de la rivière Miera © This file is licensed under the Creative Commons Attribution-Share Alike 4.0 International licenseGrotte d'Ojo Guareña © This file is licensed under the Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic license.

Villadiego-Los Machuecos

L'étape traverse une géologie caractérisée par les calcaires, dolomies et marnes qui forment les matériaux mésozoïques (245 à 65 M.a.) des hauts plateaux de la province de Burgos, Las Merindades et la Chaîne cantabrique.

La première partie de l'étape débute sur les matériaux tertiaires (65 à 2 M.a.) du bassin du Duero (tons jaunes sur le bloc) pour passer rapidement à un relief caractérisé par les plateaux et les côtes qui forment le Páramos de Villadiego, que notre route coupe presque perpendiculairement.

Nous traversons le Páramo de Masa, caractérisé par des formes liées à la dissolution des calcaires, dolomies et marnes qui laissent un paysage karstique classique (en vert sur le bloc) jusqu'au village de Pesadas de Burgos. C'est ici que commencent les structures de plissements qui annoncent la montagne de la Tesla, un ensemble de synclinaux et d'anticlinaux qui mettent au jour, entre les matériaux du Crétacé (145 à 65 M.a.), des matériaux du Jurassique (200 à 145 M.a.), tous calcaires (en bleu sur le bloc). Après ces montagnes, nous tombons dans la dépression de Villarcayo-Medina de Pomar, un synclinal rempli de matériaux tertiaires de l'Oligocène-Miocène (34 à 5 M.a.) coupés par les dépôts quaternaires du Nela (en marron et rose saumon pour le Tertiaire et en gris pour le Quaternaire).

Après Bárcena de Pienza, nous prenons la direction N vers Espinosa de los Monteros. Nous entrons par la vallée du Trueba au cœur de la Cordillera Cantábrica et dans l'environnement du parc naturel de Collados del Ansón, caractérisé par les matériaux carbonatés du Crétacé (145 à 65 M.a.), où se termine l'étape.

L'étape démarre à Villadiego, où les paysages formés par le réseau hydrique du Duero nous accompagnent des kilomètres durant.  L'érosion des montagnes environnantes par les cours d'eau a donné lieu à des reliefs plats avec quelques élévations dues à la résistance à l'érosion de certaines roches. Tout le long de l'étape, nous pouvons observer des calcaires qui présentent un modelage karstique, plus développé dans les zones plus élevées.

À Brullés, le changement de matériaux marque la transition entre le bassin du Duero et les dernières hauteurs de la Cordillera Cantábrica. Les plissements et un type de relief singulier font leur apparition, un relief inversé dans lequel les plis synclinaux se trouvent dans les hauteurs et les plis anticlinaux dans les vallées. En arrivant à Valdenoceda, nous franchissons l'Èbre qui, dans la Sierra de La Tesla, creuse une vallée dont le relief est maintenant conforme à la structure (anticlinaux élevés et synclinaux dans les vallées).

À l'arrivée à Espinosa de los Monteros, départ de l'ascension, nous rencontrons le Monument naturel d'Ojo Guareña, une des plus grandes grottes d'Espagne, renfermant quelques 400 cavités sur une surface de 18 km². La montée commence dans la vallée de Lunada, d'une longueur de 4 km, dont la forme caractéristique en U révèle l'origine glaciaire. La vallée est jalonnée de cirques glaciaires et de moraines, sédiments déposés par un glacier, où s'encastre le cours du Miera. Tant la vallée que les montagnes environnantes présentent des modelages karstiques bien développés, notamment dans le massif de l'Alto del Tejuelo, à la hauteur d'Ajanedo. Ce massif compte de nombreuses dolines, grottes et lapiaz.

L'étroite et profonde vallée du Miera s'ouvre à hauteur des villes de Liérganes et Solares. Son cours se poursuit jusqu'à la mer cantabrique, mais pour notre part nous revenons vers l'intérieur pour remonter jusqu'au col de Los Machucos et retrouver les paysages karstiques caractéristiques des roches carbonatées.

Terme de l'Étape : Synclinal et Anticlinal

Un synclinal est un pli pointé vers le bas ou ouvert vers le haut (concave).

Un anticlinal est un pli pointé vers le haut ou ouvert vers le bas (convexe).

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 4

Classements à l'issue de l'étape 4

Applications mobiles

Chronométreur officiel

Boutique officielle

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur la Vuelta

Partenaires de la Vuelta