Dimanche 11 septembre 2016

étape 21Las Rozas / Madrid

Départ 17h21 (Heure locale)
  • Deuxième Grand Tour pour Nairo Quintana, vainqueur de la Vuelta

    Nairo Quintana (Movistar) a remporté son deuxième Grand Tour en s'imposant dimanche sur la Vuelta a España après une grande bagarre avec Chris Froome (Sky). Son compatriote colombien Esteban Chaves (Orica-Bike Exchange) complète le podium final après avoir délogé Alberto Contador (Tinkoff) du podium dans la dernière étape de montagne samedi.L'Espagnol est le combatif de la Vuelta. Omar Fraile (Dimension Data) remporte le maillot à pois du meilleur grimpeur, Fabio Felline...

    lire la suite

La course en vidéos

vidéo11/09/2016 

Caméra embarquée - Étape 21 (Las Rozas / Madrid) - La Vuelta a...

  • Caméra embarquée - Étape 21 (Las Rozas...
  • Best of - La Vuelta a España 2016
  • Résumé - Étape 21 (Las Rozas / Madrid)...
  • Last kilometer / Ultimo kilómetro -...

La course en images

photo14/09/2016 

© Graham Watson

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Côté tourisme

Géodiversité

Géodiversité urbaine

© Unipublic

Il y a également de la géodiversité en ville. Un observateur un peu entraîné est nécessaire car on le voit rarement depuis les airs. Mais elle est là, à attendre les plus curieux.

Le point le plus haut de l'étape est Torrelodones. À la sortie de Torrelodones, vers Madrid, nous franchissons pour la dernière fois la limite entre un bassin tertiaire (le Bassin tertiaire de Madrid) et les anciennes roches du Massif ibérique, comme nous l'avons fait, par exemple, à Cistierna, mais dans le sens inverse.

Une fois passée la faille de Torrelodones, la route nous amènera sur des sables et des conglomérats, descendant progressivement vers Madrid. Les roches sous l'asphalte changent imperceptiblement mais le paysage est une douce plaine interrompue par les fleuves qui la traversent.

À Madrid, l'axe Paseo de la Castellana-Paseo del Prado se parcourt en douceur sur la ligne de partage entre le fleuve Manzanares et le ruisseau de la Paz, et les roches semblent avoir disparu sous l'asphalte et les trottoirs. On pense, sans aucune certitude, que les sous-sols de la ville de Madrid cachent des grès datant de 30 millions d'années environ et imprégnés d'eau. Sans ces sables et cette eau qui alimente les puits d'une grande ville comme Madrid dans un climat peu pluvieux, cela serait presque impossible.

Mais il reste encore beaucoup à voir. Chaque bâtiment d'une ville est l'occasion de rappeler que de nombreux aspects de notre vie dépendent de la géodiversité. Dans toute la ville, il y a des bâtiments en briques, impossible sans l'argile des bassins tertiaires, telles que la Casa de las Flores où Neruda vivait sur la rue Princess). Les bâtiments les plus luxueux ont été construits avec du marbre métamorphique ou du granit plutonique, comme le Palais Royal. Aujourd'hui, la plupart des roches sont utilisées pour revêtir et embellir les structures déjà bâties.Même les bâtiments les plus modernes, recouverts de verre, comporte un enseignement ; parce que tout ce verre provient de la silice, du quartz, ce minéral si commun dans les granits que nous oublions presque qu'il existe.

Terme de l'étape

Bassin tertiaire de Madrid. L'une des grandes dépressions à s'être formées entre les chaînes de montagnes et les montagnes de la péninsule ibérique. Tous ces bassins sont remplis de sédiments formés durant le Tertiaire, au cours des 50 derniers millions d'années.

Official store

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 21

Classements à l'issue de l'étape 21

Chronométreur officiel

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur la Vuelta

Partenaires de la Vuelta